Nos collaborations avec les artistes 

CARRÉ 67 FATI ROSE

72,00 

Ce petit carré de soie 100% imprimé d’après les collages de l’artiste Théodora, est un accessoire idéal et aux multiples utilisations.

En bandana autour du cou, en petit fichu sur la tête, autour de la taille, accroché au sac il sera votre compagnon aussi bien en hiver que durant l’été.

Une formidable occasion de porter l’art sur soi(e)

Carré imprimé sur twill 100% soie finition bourdon noir.

Fabriqué en France / imprimé en Italie

D’après un collage de Théodora série CHAMANIK VIBES N°31 Amor Fati,

ce carré de soie est édité en série limitée.

Couleur : Rose
Dimensions : 67×67 cm, La confection de ce carré est un bourdon de couleur, les dimensions indiquées peuvent varier.
Format : Carrés (Petit Carrés)
Composition : 100% soie
Finition : Bourdon couleur
Chaque article est emballé avec soin dans une pochette carton, souple et papier de soie., Chaque produit est accompagné d'un mot de l'artiste

Rupture de stock

Le mot de THEODORA

Théodora construit des corps avec des images – ou des images avec des corps. L’étymologie de personnage renvoie à un mot étrusque qui signifie masque. Nous sommes ce que nous apparaissons; or, ce qui apparaît de nous, c’est d’abord un visage, autrement dit, un masque. Avant le corps, l’allure, la voix, le visage dit. Et ce que le visage dit, ce sont d’abord un regard et un sourire, donc deux yeux et une bouche. L’artiste effectue une série de variations chromatiques et plastiques sur ce thème. Voir, être vu, regarder, fixer, observer, scruter, mais surtout : dévisager. Ce que fait Théodora avec ses collages, c’est dé-visager pour en-visager, autrement dit dé-faire pour faire, dé-composer pour re-composer. Ce perpétuel aller et retour entre ce qui fut [une image] et ce qui advient [un collage] lui permet de montrer des solitudes, des mélancolies, des visages inexpressifs parce que pensifs, absorbés dans ce qu’ils regardent. En regardant ces personnages qui regardent, c’est un peu Théodora que l’on voit - un masque qui baisserait le masque pour montrer un visage qui ressemblerait à un masque. Si l’artiste se cache, c’est pour mieux s’exposer; si elle s’expose, c’est pour mieux se cacher. Regardez-la voir, elle voit de l’autre côté du miroir…

Michel Onfray

Philosophe -Écrivain - Essayiste